Fils tenseurs résorbables

Face à la demande de plus en plus forte pour des médecines douces non chirurgicales visant à lutter contre les effets du vieillissement, le nombre et la qualité des matériaux injectables ont considérablement évolué ces dernières années. Leur utilisation est devenue extrêmement fréquente. Les fils résorbables appartiennent à la classe des dispositifs injectables. Leur mise en place ne nécessite qu’une effraction cutanée minime.

Le principe de base est la mise en place d’un système de fils dans l’espace sous-cutané profond de la peau afin de créer une remise en tension des tissus. Le dispositif bénéficie du marquage CE (Communauté Européenne).

Indications et objectifs

L’objectif est de traiter l’affaissement des différentes régions du visage et du cou et de repositionner les volumes sans en rajouter. Le résultat est donc parfaitement naturel. Les régions classiquement traitées sont les pommettes, les rides nasogéniennes (des ailes du nez aux commissures des lèvres), les bajoues, les commissures des lèvres, l’ovale du visage, les sourcils et le relachement du cou.

La séance peut être réalisée isolément, mais peu aussi compléter des techniques médico-chirurgicales de rajeunissement plus radicales telles que les surfaçages (peeling, laser, dermabrasion), les blépharoplasties (chirurgie des paupières supérieures et/ou inférieures), les radiofréquences ou ultrasons tenseurs (Ultherapy) … Elle peut aussi se faire parallèlement à des injections de toxine botulique ou d’acide hyaluronique.

A noter, les disgrâces ne vont pas complètement disparaître, mais seront considérablement atténuées par la mise en place des fils. Certaines régions répondent mieux au traitement que d’autres. De même, la pérennité de la correction est extrêmement variable selon les patient(e)s en fonction de la qualité de la peau et l’âge du patient.

Ce traitement ne peut être indiqué pour des excédents cutanés importants qui ne pourront être supprimés que chirurgicalement. Il en va de même pour certaines anomalies cutanées (aspérités, petites cicatrices, taches, micro-ridules, « fripé cutané ») qui ne seront corrigées que par un surfaçage complémentaire (peeling, laser, dermabraison).

Il n’existe pas de limite d’âge, au-delà de l’âge légal, pour la mise en place des fils résorbables


Technique

Les fils Silhouette Soft sont constitués d’un fil résorbable sur lequel ont été déposés de petits cônes également résorbables, avec une orientation bi-directionnelle. Cette orientation permet la suspension des tissus après la mise en place des fils sous la peau. Cette technique ne nécessite donc aucun décollement de la peau, comme c’est le cas dans le lifting classique. Le matériau des fils résorbables (acide L-polylactique) est déjà très largement utilisé dans la fabrication des fils de suture et bénéficie d’un recul suffisant de plusieurs années démontrant son innocuité. De plus, il existe une réelle capacité à l’acide L-polylactique à induire la production de collagène au niveau de la peau.

Contre-indications

Un interrogatoire précis sera réalisé afin de chercher d’éventuelles contre-indications à certains produits (allergies), de déceler des éléments impliquant une prudence particulière (herpès, infection ou irritation de la peau). Cet interrogatoire permet également de préciser la nature d’éventuelles injections précédentes, afin d’éviter certaines associations dangereuses de produits sur le même site.

Préparation du traitement 

Un examen attentif des régions à traiter est réalisé. Les résultats sont confrontés aux demandes et attentes du (de la) patient(e), afin de préciser ce qui est réalisable de ce qui ne l’est pas.

Les jours précédant la séance, éviter pendant les 7 – 10 jours les médicaments à base d’Aspirine et d’anti-inflammatoires.

Il est préférable de ne pas boire d’alcool, ni de s’exposer au soleil la veille et le jour de la séance.

Déroulement de la séance

L’anesthésie :

La mise en place des fils nécessite le plus souvent une anesthésie locale obtenue par l’injection d’un produit anesthésiant au début de la séance. Elle permet d’assurer une insensibilité totale. Elle peut être précédée par l’application d’une crème anesthésiante (Emla, Anesderm, Pliaglis). Appliquée en couche épaisse sur les zones à traiter au moins une heure avant l’injection, elle permet de diminuer les sensations douloureuses en superficie.

L’intervention :

Sa durée varie en fonction du nombre de zones à traiter, de l’ampleur des améliorations à apporter, de la nécessité éventuelle de réaliser une anesthésie. Cette durée peut donc varier de 20 minutes à 1 heure.

Le nombre de fils nécessaire est également variable en fonction de très nombreux facteurs. Il sera évalué le plus précisément possible au préalable. Dans certains cas, une retouche peut être nécessaire par la mise en place d’un fil supplémentaire.

Suites après le traitement

Après le traitement, un léger œdème, une rougeur cutanée et surtout des hématomes peuvent être observés. Le docteur Schartz vous prescrira, si besoin, une crème antibiotique à appliquer aux points d’entrée et de sortie des sutures, de l’arnica et de l’Extranase.

Une irrégularité de la peau aux points d’entrée peut aussi survenir, comme des démangeaisons, et qui vont progressivement s’atténuer. On relève plus rarement aux points d’injection une pâleur cutanée ou une hyperpigmentation. Tous ces désagréments disparaissent en quelques jours.

L’importance et la durée de ces effets secondaires transitoires varient d’un individu à l’autre. Ils restent habituellement modérés, n’interdisant pas le retour à une vie socio-professionnelle normale très rapidement. Ils disparaissent au bout de cinq à dix jours.

Recommandations à suivre afin de minimiser ces effets secondaires

– Appliquer de la glace ou une serviette fraîche immédiatement après le traitement durant cinq à dix minutes.
– Les six premières heures, il est préférable de rester au calme, de se reposer et de  s’abstenir de tout effort violent ou intense. Il est  souhaitable d’éviter autant que possible de mobiliser son visage (pas de mimique, ne pas trop parler ni rire).
– Pendant quelques jours (3 – 5 jours), évitez l’alcool, l’aspirine et les anti-inflammatoires.
– Garder la tête surélévée durant les trois premières nuits et dormir de préférence sur le dos pendant cinq jours.
– Nettoyez et séchez votre visage délicatement, sans frotter (cinq jours).
– Se maquiller, se raser et se laver les cheveux en douceur (cinq jours).
– Evitez également les expositions au soleil, le sauna, le hammam et les cabines à UV (trois semaines).
– Evitez les massages faciaux et les traitements esthétiques du visage (trois semaines).
– Evitez tout sport, notamment les sports de contact (trois semaines).
– Evitez toute intervention dentaire (trois semaines).
– Evitez tout excès de mouvement du visage en baillant, en mastiquant, en parlant… (trois semaines).

Résultats

Un délai de quelques jours est nécessaire pour apprécier le résultat définitif. C’est le temps pour que le produit se soit bien intégré, que l’œdème ait disparu et que les tissus aient retrouvés leur souplesse.

Le résultat immédiat après traitement n’est donc pas le reflet du résultat final. La mise en place des fils résorbables, contrairement aux injections de Toxine Botulique, n’altèrent pas la mobilité des muscles de la face. Ils ne réduisent donc pas les expressions du visage.

Habituellement, les disgrâces traitées sont très nettement atténuées par la mise en place des fils, mais ne disparaissent pas toujours complètement. En effet, certaines localisations sont particulièrement difficiles à traiter. Il existe des rides profondes et anciennes qui ne pourront jamais être complètement effacées.

Le but de ce traitement est d’apporter une amélioration et non pas d’atteindre la perfection. Si vos souhaits sont réalistes, le résultat obtenu devrait vous donner une grande satisfaction.

On a vu que la durée d’action est très variable (entre 12 et 18 mois) selon les zones à traiter, la technique, et les patient(e)s en fonction du type de peau, de l’hygiène de vie (stress ,alcool, tabac, soleil…), ainsi que du degré de perfection recherché. La correction n’est que temporaire, et le traitement devra être renouvelé pour entretenir le résultat.

Effets secondaires

Tout acte médical, si minime soit-t-il, comporte un certain nombre d’incertitude et de risques. En choisissant un praticien qualifié, formé spécifiquement à ces techniques, vous limitez les risques sans toutefois les supprimer totalement. Et ce d’autant plus que la majorité des problèmes potentiels sont inhérents au produit lui-même et aux réactions qu’il peut induire de façon imprévisible.

Voici les effets secondaires indésirables possibles :

-Réactions allergiques. Elles sont exceptionnelles.
-Réactions locales post-injection : œdème, rougeur, pâleur, irrégularités, sensibilité, démangeaisons, hématomes. Ces réactions ne sont toutefois que temporaires.
-Poussée d’herpès labial chez les sujets prédisposés.
-Réaction inflammatoire aigüe ou prolongée.
-Apparition de granulomes. Il s’agit de petites concrétions (cordons) indurées, plus ou moins sensibles, perceptibles au toucher, parfois visibles et inesthétiques, se présentant souvent « en chapelet » le long du fil. Ils correspondent à une réaction inflammatoire localisée pouvant évoluer par poussées. Ils peuvent apparaître quelques jours à quelques semaines après la séance.
-Complications rarissimes : quelques cas ont été décrits de rougeur persistante durant plusieurs semaines, d’abcès ou de nécrose cutanée , localisés sur le trajet des fils. Plus théorique que déjà observées, des lésions neurologiques dans le traitement de certaines régions plus délicates (sourcil).

Au final, il ne faut pas dramatiser ces effets secondaires possibles en surévaluant les risques. Il s’agit de prendre conscience qu’une technique même apparemment simple puisque non chirurgicale, comporte toujours une petite part d’aléas.

Le recours à un praticien qualifié vous assure que celui-ci a la formation et la compétence requises pour éviter au mieux ces problèmes, ou les traiter efficacement s’ils surviennent.